web analytics
0

Qu’est-ce qu’un bon prof ?

Posted by admin on 25 juin 2014 in L'école aujourd'hui |

bon prof

 

Faites l’expérience : comptez le nombre de professeurs exceptionnels, inspirants qui ont croisé votre route depuis la maternelle. Ceux qui ont été des exemples, ont élargi vos horizons, vous ont transmis le virus de la littérature, des maths ou de la géographie, vous ont donné envie d’être créatif dans un domaine. La rencontre d’un bon enseignant est un accident du destin qui illumine ou inflé­chit notre vie. Elle colore la personnalité.

 

Le bon prof existe depuis que tourne le monde. L’œuvre de Platon est en partie un hommage à son maître, Socrate. Voltaire et Camus ont chanté les louanges de ceux qui les ont marqués, comme le fait Daniel Pennac dans Chagrin d’école. Le bon prof est célébré dans des films comme La société des poètes disparus, Les choristes ou Écrire pour exister, avec Hilary Swank, qui est basé sur une histoire vraie. Plus près de nous, Fabienne Larouche lui tire son chapeau dans Virginie.

 

Cet étrange animal fascine. De quel bois est-il fait ? Qu’est-ce qui, concrètement, le distingue de ses collègues ? Est-ce que ça s’apprend, être un excellent enseignant ? En cette ère où la réforme, la dictée et les compétences transversales font les manchettes, L’actualité a mené sa petite enquête auprès de spécialistes.

« Ce qui fait un bon prof tient de l’intangible ! » écrivait en 1950, dans le British Medical Journal, G. Patrick Meredith, professeur de psychologie. Chacun de ses maîtres avait été unique, mais tous avaient un truc en commun : « Ils semblaient s’intéresser autant à leurs élèves qu’à leur matière. » En disant cela, Meredith a mis le doigt sur quelque chose qui allait plus tard être confirmé par les recherches en pédagogie : la première passion du bon prof, ce sont ses élèves. « Même dans une grande classe, il établit une relation individuelle avec chacun », disait la regrettée Denise Barbeau, chercheuse et professeure de pédagogie à l’Université de Montréal.

 

Dans la philosophie de la réforme, on estime qu’un bon professeur n’est pas un acteur qui brûle les planches, mais un metteur en scène qui fait jouer l’élève. « Quand un enseignant fait étalage de son savoir, on peut l’admirer, se dire : « Wow, quel formidable communicateur ! » C’est très bien de l’être. Mais… ce n’est pas ce que l’on nous demande. Comme profs, notre travail est d’amener l’élève à développer ses connaissances », estimait Denise Barbeau. Bref, un bon prof est celui qui fait apprendre.

 

Les chercheurs s’entendent sur le fait que, pour y parvenir, il doit être honnête, humain et… affectueux. La dimension affec­tive est comme l’essence dans le moteur. L’élève qui sent que son prof se préoccupe sincèrement de ses progrès sera plus motivé et apprendra mieux. S’il se heurte à des difficultés, il sera plus à même de les résoudre. Un bon prof doit stimuler sa curiosité afin que son désir de savoir soit plus fort que sa peur de se tromper.

 

Un tel enseignant posséderait donc un certain nombre de qua­lités humaines de base. Mais selon les spécialistes, il serait très difficile de tracer son portrait-robot. Les chercheurs en pédagogie de la première moitié du 20e siècle ont essayé. « Ils ont dressé la liste de 83 traits de personna­lité qui n’étaient ni plus ni moins que les qualités d’un bon être humain : attentionné, enthousiaste… Ça n’a mené à rien ! » dit Clermont Gauthier, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en étude de la formation à l’enseignement, de l’Université Laval.

 

Les chercheurs ont eu plus de succès dans les décennies subséquentes en se penchant sur ce que faisaient certains profs pour être bons plutôt que sur ce qu’ils étaient. Ils ont observé que plusieurs méthodes maximisaient l’apprentissage. Les excellents enseignants les connaissaient d’instinct : l’élève apprend mieux dans un cadre défini où il sait ce qu’on attend de lui, quand on exige de lui qu’il soit actif en classe ou quand son prof donne du sens à la matière en la liant aux connaissances déjà acquises.

 

Pour François Guité, professeur d’anglais de 2e secondaire à l’école De Rochebelle, à Sainte-Foy, et auteur d’un blogue sur l’éducation, le bon prof est un passionné qui sait communiquer, se brancher sur la réalité de ses élèves et les motiver. « À mes débuts, ma plus grande surprise a été de m’apercevoir qu’à l’université on m’avait montré quoi enseigner, mais pas comment le faire », dit ce prof qui a plus de 20 ans de métier. Il a alors formé avec des collègues un groupe de lecture et de réflexion qui lui a permis d’améliorer ses méthodes.

 

Depuis, il n’a jamais cessé de s’informer, de discuter avec ses pairs, d’expérimenter des choses, de remettre ses certitudes en question. Au fil des ans, il a élaboré son propre système : ses protégés peuvent sortir de la classe quand ils veulent et sont très autonomes dans leur apprentissage. Et ça marche ! « Rendre l’élève responsable, c’est l’outiller pour la vie. On prépare les jeunes à des professions qui n’existent pas encore ! » dit-il.

 

Tiré de cet article

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2017 Prof bienveillant All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.