web analytics
2

Bilan sur l’école de demain

Posted by admin on 4 janvier 2015 in L'école de demain |

 

l-ecole-d-aujourd-hui-c-est-l-ecole-de-demain,M165429

Visuel tiré de cet article

L’éducation ne commence ni ne s’arrête à l’école

J’ai créé Profbienveillant en avril 2014. Nous sommes maintenant en janvier 2015.

9 mois d’écriture, réflexion, partage.

Le temps d’une gestation pour appréhender un tournant de ma vie.

Etre enseignant est une vocation délicate car nous avons en charge l’avenir de l’humanité, dans ce qu’il a de merveilleux et d’unique. Nous participons, avec les parents, au modelage de particules d’un grand tout. Chaque enfant possède un potentiel, nous devons l’aider à le découvrir, à l’exercer et l’enrichir afin qu’il se révèle lui-même et prenne toute la force et la vigueur pour participer à la prospérité de la vie.

Or, dans l’état actuel des choses, cela est vrai pour quelques-uns. Beaucoup en sont exclus et devront mettre du temps pour faire leur résilience. Un temps où, devenus adultes, arrivés à un degré de malaise tel, de souffrances (burn-out, divorce…) et au prix de leur santé parfois (cancer…), ils en seront arrivés à comprendre qu’un changement est nécessaire. Ils auront, pour certains, investis dans du développement personnel, opérés des transformations qui les amèneront à suivre une voie plus proche de leurs aspirations profondes : reconversion, déménagement, nouvelle union…

Si l’école exerçait pleinement son rôle au service de la vie, et non au service d’un système, nous pourrions espérer gagner un temps précieux, faire des économies d’échelle, jouir d’une population en meilleur santé et plus heureuse.

Il n’existe pas de solutions parfaites, car la perfection n’est pas de ce monde.

Il existe juste des propositions, que chacun peut envisager et choisir, car cela est le droit le plus élémentaire. Choisir sa voie, celle qui résonne le mieux en chacun de nous et qui répond au mieux aux exigences de sa propre construction.

Il existe des principes fondamentaux, en revanche, qui balisent la route. Ils sont représentés, pour certains, dans les écoles actuelles, mais sont séparés en disciplines et ne communiquent que par transversalité étudiée, décortiquée au scalpel.

A vouloir progresser absolument, le monde occidental à voulu s’hyperspécialiser. Que ce soit à l’école ou dans diverses autres branches, compartimenter les approches a vidé de sa substance la force de la vie et a créé des blocages, des maux. Or, comme toute évolution, il y a des erreurs qui aident à progresser, des réajustements à opérer. La gravité n’est pas dans le fait qu’elles existent, mais plutôt dans le fait de ne pas y remédier.

Quels changements opérer ?

Tout est inter-relié. L’Homme est un être physique relié à la nature, aux autres êtres vivants, il a une spiritualité (différent d’une religion), des besoins physiologiques et autres (partage, divertissement, esthétiques, …).

Pour être pleinement épanouissante, l’école doit prendre toutes les dimensions en compte sans dogmatisme. Elle doit juste les permettre, offrir la possibilité pour chacun d’exercer sa pleine responsabilité. Et ce qui guide doit seulement être l’enthousiasme, l’attirance naturelle. L’émulation se fait par besoin et confrontation aux autres et aux situations. Car « la connaissance se fait par expérience, le reste n’est que de l’information » (Einstein).

Lire, écrire, compter sont des compétences qui s’apprennent très vite pour peu qu’on soit motivé à le faire, parce qu’on y trouve du sens, par nécessité notamment (écrire à quelqu’un, lire un message, compter pour acheter, construire…). Il existe des outils et approches efficaces.

8 dr walsh

L’enseignement de Logan Laplante

Ce jeune garçon de 13 ans a transmis des informations simples, incroyablement percutantes.

Ne suivre aucun curriculum, ni aucune approche pédagogique en particulier. Hacker l’éducation. Profiter des occasions au sein de sa communauté, son entourage, ses réseaux (amis et famille). Profiter des occasions pour mettre en pratique ce qu’on apprend. Ne pas avoir peur de chercher des raccourcis ou des hacks pour obtenir un résultat meilleur et plus rapide.

« Quand je serai grand, je veux être heureux ».

Etre heureux, en bonne santé, prendre plaisir, s’amuser. C’est un état d’esprit.

L’apprentissage de la santé et du bonheur ne sont pas des priorités de l’école, ils en sont séparés Il devient urgent de baser l’éducation sur l’étude et la pratique de la santé et du bonheur… Il faut donc les remettre au centre, le reste en découlera.

Etudier la science du bonheur et de la santé se fait en 8 points selon le Dr Roger Walsh : « Changements thérapeutiques du mode de vie » :

  • De l’exercice
  • Un équilibre nutritionnel
  • Du temps dans la nature
  • Une contribution au service des autres
  • Des relations
  • Des récréations
  • De la relaxation et gestion du stress
  • Un engagement spirituel

Les matières disciplinaires s’enseigneront de manière transversale, opportune et prendront du sens parce qu’elles se feront dans des buts, des challenges, des nécessités. Les apprenants nourriront une motivation et un goût de l’effort naturellement et progresseront de manière spectaculaire.

Pour conclure, que ce soit en école ou à la maison, l’apprenant bénéficiant de ces principes dans l’enthousiasme, l’émerveillement qui en découle s’épanouira et évoluera naturellement vers son rôle à jouer en ce monde au service des autres. Il y trouvera du sens, de la motivation et une volonté farouche de progresser à son rythme.

J’approfondirai dans un prochain article ces 8 points, afin d’en éclaircir les contours. Vous pourrez commenter et partager vos expériences, avis…

Étiquettes :

2 Comments

  • Lina dit :

    Bonjour

    Je découvre votre blog et pense apprendre beaucoup de choses très intéressantes.
    Plus jeune, je souhaitais devenir enseignante. Finalement les choses ne se sont pas faites et après un BTS et une carrière d’assistante de direction, l’envie est toujours plus que présente.
    Le hasard a voulu que j’ai toujours travaillé dans des établissements scolaires et me voilà désormais AVS en école maternelle.

    Je suis sensibilisée à l’éducation bienveillante et positive en tant que maman d’une petite fille de 4 ans 1/2 et j’ai d’abord réfléchi à l’éventualité de devenir enseignante en école alternative.
    Mais n’est-ce pas aussi de l’intérieur que l’on peut changer les choses ? Enseigner dans des écoles que l’on sait à l’écoute des enfants, voire en créer, y inscrire nos enfants, c’est participer à la construction de l’école de demain. Mais dans ce cas, que deviennent les enfants qui, eux, restent dans le cursus normal ? Eux aussi ont besoin qu’on se mobilise pour changer les choses.
    Donc me voilà à 35 ans passés à mûrir mon projet de devenir professeur des écoles au sein de l’Education Nationale…

    Merci pour votre blog et à bientôt

    • admin dit :

      Rester ou partir… C’est une question pour laquelle chacun a sa réponse.
      Je dirai que le système est difficile à changer de l’intérieur, c’est une somme d’initiatives qui permettront ce changement. Tous les choix sont parfaits. Le meilleur est celui dans lequel on se sent le plus « aligné » avec ses besoins.
      Je pense qu’il vaut mieux ne pas se donner pour mission de sauver tout le monde, la charge est impossible et trop lourde à porter (pour sa propre santé). Il ne faut porter aucune culpabilité (d’abandonner certains, d’en favoriser d’autres) dans le choix d’aller vers l’Education Nationale ou d’aller ailleurs…

      Ton choix de devenir professeur des écoles est à mettre en balance. Le concours est difficile, les conditions de travail sont à étudier. Je te conseille d’aller sur les forums de jeunes profs, si tu ne l’as pas déjà fait, pour te préparer au mieux aux enjeux du métier. Souhaites-tu enseigner dans des conditions qui peuvent être délicates, avec des publics parfois difficiles à prendre en charge dans le contexte où nous sommes si mal formés. Quitte à entrer en formation, n’est-il pas intéressant de s’orienter vers des pédagogies qui fonctionnent?

      Je te souhaite de réussir et de t’épanouir dans la voie que tu te choisiras, car enseigner est un bon et un très beau métier, c’est aussi un sacerdoce parfois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2017 Prof bienveillant All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.