web analytics
0

Ateliers philo

Posted by admin on 7 février 2020 in Etre bienveillant, L'école de demain |

J’assistais mardi soir à la projection du film « Le cercle des petits philosophes » lors d’une séance Ciné O, à Tropique Atrium. D’autres films dans la programmation Ciné Tropiques ici.

Ils ont une très belle programmation notamment pour les scolaires. A voir ici.

Synopsis: « Quel est le sens de la vie ? Pourquoi on vit ? Qu’est-ce que la mort ? Qu’est-ce-que l’amour ? Ces questions, le philosophe et auteur à succès Frédéric Lenoir, les a posées à des enfants de 7 à 10 ans, au cours d’ateliers philosophiques qu’il a menés dans deux écoles primaires durant une année scolaire. Avec lui, nous partageons les pensées de ces enfants, qui se confrontent à la complexité du monde et à la violence de leurs émotions. Et nous nous émerveillons de la capacité des enfants à s’emparer de questions existentielles, à argumenter, à débattre… et à devenir de petits philosophes ! »

Qu’est-ce que SEVE ?

L’association SEVE (Savoir Etre et Vivre Ensemble) a pour vocation de contribuer de manière significative, grâce à la diffusion d’ateliers de philosophie et pratique de l’attention, au développement de la pensée réflexive chez les enfants et adolescents, de l’esprit critique et d’aptitudes leur permettant de grandir en discernement et en humanité et devenir des citoyens conscients, actifs et éclairés.

SEVE

Frédérique Perrin et Olivier Barbarroux les deux formateurs présents ont été rejoint par quelques enseignants qui ont suivis la formation en Martinique. Caroline Héquette, Isabelle Sivadon, Yannick Exilie et Michelle Dunon.

« Au-delà des capacités cognitives que l’on cherche à développer avec cette rigueur intellectuelle dans la prise de parole, dans la capacité à mener des phrases de manière continue des élèves, il est surtout recherché que les élèves se respectent les uns les autres. Qu’ils utilisent la parole comme outil plutôt que la violence, c’est le but ultime.

Elle a formé en Métropole, plus de 350 enseignants. En Martinique 30 enseignants ou documentalistes de primaire, collège et lycée ont déjà participé à la formation pour renforcer ces ateliers dans les pratiques de classe. 30 enseignants seront à nouveau formés l’année prochaine ainsi qu’en Guadeloupe.

« Cette formation permet d’avoir des outils et des méthodes pour développer la pensée. De visualiser une conceptualisation philosophique. C’est un atelier de parole, pas un café du commerce. On libère la parole et on construit une réflexion qui va s’approfondir à travers l’échange et le partage de point de vue.

Elle permet un double rapport. Un retour à son intériorité, se connaître soi, connaître son corps, son fonctionnement, identifier des émotions, revenir à sa respiration pour se poser et s’apaiser. Puis ouvrir sur la discussion philosophique. »

Les enseignants présents soulignent tous « les bienfaits du développement de la réflexion, de l’explicitation de son point de vue, la sensibilisation à la gestion des émotions… »

« Nous sommes chanceux de pouvoir bénéficier d’un tel dispositif ici en Martinique. »

« Ce sont aussi des compétences citoyennes que les professeurs essaient de développer. Les ateliers sont développés dans le cadre de l’Education Morale et Civique. Certains utilisent le bâton de parole, pour distribuer la prise de parole. »

« La formation permet aux enseignants d’avoir un nouveau regard sur le rôle auprès de leurs élèves. Ne plus être dans une verticalité, mais dans une horizontalité des rapports. »

Ce qui leur permet d’avoir une nouvelle approche des élèves qui leur font face, de les voir comme des êtres humains capables de penser, d’avoir une réflexion.

Les enseignants leur expliquent que dans ce cadre, ils n’ont plus cette casquette de professeur, mais qu’ils font partie du cercle avec eux. Ils sont là pour échanger, discuter eux-mêmes. Ils ne cherchent pas à savoir qui a raison, qui a tort. On ne cherche pas une vérité, chacun a son opinion.

« Pas de notes, pas d’évaluation, pas de bonne ni de mauvaise réponse. »

C’est « rassurant et important pour les élèves de pouvoir dire des choses qui leur sont vraiment propres sans être jugé. »

« Les séances commencent par 3 à 5 minutes de méditation. C’est une proposition initiée par les enseignants qui est ensuite réclamée par les élèves. Si cette pratique était perçue comme une difficulté à mettre en place à priori, au final, cela se passe très bien. »

« Ce qui est apprécié est ce temps de pratique de l’attention qui leur fait du bien. Le calme, le silence. »

« Les élèves prennent les ateliers philo avec beaucoup de sérieux. Les enseignants sont étonnés de les voir faire. Certains jugés mauvais élèves, ne suivant pas ou manquant d’attention dans les cours sont ceux qui participent le plus, argumentent le plus, ont une maturité d’esprit qui donnent envie de poursuivre. »

Une enseignante relève « le besoin et la nécessité des élèves d’avoir ce temps de parole, ce temps d’échange. Les élèves réclament systématiquement de faire l’atelier philo. Ça sort du contexte ordinaire du cours habituel. C’est un moment fort pour eux où ils ont la parole. »

« C’est un moment où on prend en compte, ou on écoute la parole de l’autre pour confronter ses idées, se questionner, remettre en cause ses propres idées. »

« Un moment porteur pour les élèves dans l’école pour faire évoluer sa pensée. C’est très novateur par rapport à la place qu’a l’école et au rôle que joue l’enseignant d’ordinaire. »

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2014-2020 Prof bienveillant All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.